Accueil | Plan du site | Aide FR | DE | NL | EN rss
Actualités Agenda Annuaire
blind print
Accueil Tourisme Malmedy Histoire Période prussienne

Période prussienne (1815-1919)

Aux termes du Traité de Vienne en 1815, le canton de Malmedy, qui comprend également à l’époque celui de Saint-Vith, est rattaché à la Prusse. Cette situation va durer environ un siècle.

Durant les cinquante premières années, la situation particulière de Malmedy, ville romane (et même wallonne) dans une Prusse germanophone, ne pose pas trop de problèmes. Les habitants sont libres d’utiliser le français à leur guise, y compris dans les délibérations du Conseil communal. Au cours d’une visite à la ville en 1853, le roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV affirmera même être fier de posséder, aux marches de son royaume, " un petit pays où l’on parle français ".

En revanche, les choses changent progressivement avec l’arrivée au pouvoir du chancelier Bismarck et plus encore avec la guerre franco-allemande de 1870 et le Kulturkampf qui lui succède rapidement. Aux yeux de l’administration prussienne, Malmedy souffre du double désavantage d’être à la fois francophone et en majorité catholique.

A partir de ce moment, Malmedy va subir une tentative de germanisation forcée, l’enseignement du français est interdit dans les écoles au profit de celui de l’allemand. Par ailleurs, interdiction est faite aux communes du canton de Malmedy de subventionner les cultes, les curés se voyant interdire de prêcher en français (interdiction que certains contourneront en prêchant en wallon).

Certains irréductibles iront jusqu’à créer en 1897 le "Club Wallon" qui existe encore de nos jours.  Dans l’ensemble, la majorité de la population, axée sur les problèmes du quotidien, s'adaptera peu à peu à la situation, même si au sein des maisons, le wallon restera pour beaucoup la langue utilisée de préférence.
fermer