Accueil | Plan du site | Aide FR | DE | NL | EN rss
Actualités Agenda Annuaire
blind print
Accueil Tourisme Folklore et Carnaval Le Carnaval Historique

Historique

Le carnaval de Malmedy est-il une manifestation réellement ancienne et authentique ?

LES ORIGINES


On fête le Cwarmê de Malmedy depuis des siècles : un document d'archives daté du 25 juin 1459 fait référence aux lundi et mardi du « Quarmae », ce qui indique que le Cwarmê  était déjà fêté cette année-là et probablement depuis fort longtemps. Ce mot désigne à Malmedy la période de carnaval, qui dure quatre jours, du samedi midi au mardi-gras à minuit.

Ces quatre jours sont désignés également sous le nom de « grandès-haguètes [1] » par opposition aux « p'titès haguètes » ayant lieu les quatre jeudis précédant le Cwarmê, appelés jeudis-gras. Ces jeudis-gras étaient déjà des jours de mascarade en 1666, la relation d'un accident mortel survenu le mardi 24 février  à une jeune fille dont le masque de lin avait pris feu l'attestant. La malheureuse demoiselle se préparait sans doute pour le jeudi suivant...

En 1695, sous le règne des princes-abbés, fut imposée la première interdiction de fêter le carnaval. Elle fut suivie de nombreuses autres au cours du 18ème siècle. Mais les Malmédiens ne l'entendirent pas de cette oreille et passèrent outre. Il est aujourd'hui bien difficile d'imaginer le déroulement des festivités de ces époques lointaines, mais par contre, grâce à la création officielle des sociétés plus structurées, l'on est en possession de bon nombre de traces des réjouissances carnavalesques du 19ème siècle, fort proches déjà de celles d'aujourd'hui.

Notons qu'au 20ème siècle, il n'y eut d'interdiction qu'en périodes de guerre et en 1962, celle-ci étant motivée par le danger de contagion d'une épidémie de variole.  

C'est grâce à l'opiniâtreté des Malmédiens que la tradition du Cwarmê a pu  connaître cette étonnante continuité.


Les plus anciennes sociétés locales dans le Cwarmê



Comme il en existe encore beaucoup dans les villages, Malmedy a connu ses groupes de  « jeunesses [2] » qui rassemblait les jeunes hommes non encore mariés de la localité.  Ces associations, appelées « bânes » prenaient en charge l'organisation des festivités. La plus ancienne &laquot bâne » qui nous est encore connue réunissait en 1836 « Les Fidèles Disciples de Momus ». En 1847, on voit apparaître « La Société Bourgeoise ». C'est précisément vers ces années-là que naquirent les sociétés musicales existant encore actuellement. Il s'agit de « L'Écho de la Warche » (fondée en 1846), « L'Union Wallonne » (fondée en 1847), La Malmédienne (fondée en 1866) et « La Fraternité » (fondée en 1874). Leur rôle dans la survivance du Cwarmê fut prépondérant car, sans elles, le rite carnavalesque ne nous serait pas parvenu avec autant de fidélité aux anciens usages.

[1] L'acception ancienne du terme " haguète " désignait tous les masqués. Les jours de " grandès haguètes " sont des journées  revêtant plus de faste, par opposition aux " p'titès haguètes "      
[2] On dit encore " la jeunesse de Chôdes ", " la jeunesse de Bellevaux... "
fermer